Philosophie

Création et évolution

Textes de Sri Chinmoy sur la Création et l’évolution

Le Souffle de l’Éternité

Création et évolution selon Sri Chinmoy
Création et évolution selon Sri Chinmoy

Les textes contenus dans le livre « Le Souffle de l’Éternité » ont été écrits par Sri Chinmoy en 1963 à Pondichéry, en Inde. C’est un an avant qu’il ne quitte son pays d’origine pour élire domicile aux États-Unis, où il a proposé pendant plus de 40 ans son enseignement aux âmes qui ont aspiré à le suivre.

Ces écrits philosophiques et spirituels ont tout d’abord été publiés dans le magazine mensuel AUM entre 1965 et 1968. Puis, ils ont été regroupés en 1972 sous le titre d’Eternity’s Breath. Et c’est un extrait de ce recueil qui est publié aujourd’hui sur le site, d’autres suivront au fil du temps.

Ce texte sur la Création et l’évolution incarne la vision de Sri Chinmoy et sa philosophie sur le but de la vie terrestre. Ainsi, pour lui, l’existence a une origine et un objectif bien précis, conduit par une Conscience supérieure qu’il appelle plus volontiers Dieu ou Suprême.

Création et évolution

L’Auto-Division du Suprême proclame la naissance de la Création.

La Création est la descente de la Conscience. La Création est une marche sans trêve qui signale le début d’un développement intérieur et extérieur.

Qu’est-ce que l’évolution, sinon la détermination voilée d’une inconscience apparente à la recherche d’une formation et d’une croissance conscientes ?

La nature est un phénomène évolutif, tandis que la Conscience est son guide en matière d’évolution. A chaque stade, la nature transcende les limites de ses espèces et se propulse vers de nouvelles conquêtes.

Le véritable développement et le véritable progrès de la vie doivent s’asseoir aux pieds du Divin en Son aspect Dynamique, et non en en Son aspect Statique.

Au cours de l’évolution, chaque période possède une exigence qui lui est propre. Chaque incarnation de Dieu comble cette exigence.

Notre propre division peut jouer – au mieux – avec les parties divisées du Suprême, mais jamais avec Son Unité indissociable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *